logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

14/09/2016

CODE DE CHEVALERIE 9/10

Aleteia ressuscite le code de chevalerie (9/10).


Tu t’acquitteras exactement de tes devoirs féodaux

Capture d’écran 2016-09-14 à 17.14.57.png

 

 


"Sans État, une nation ne peut connaître que l’anarchie. Cette dernière rend stérile l’action du chevalier qui doit incarner l’Évangile"

À quoi peut bien ressembler le chevalier des temps modernes ? Pour répondre à cette épineuse question, Aleteia a remis au goût du jour un ancien code de chevalerie en vigueur au XIIesiècle. Ces dix commandements, à l’image du décalogue de l’Église catholique, dictaient la conduite des chevaliers désireux de cultiver les saintes vertus et d’éveiller en eux les sentiments les plus nobles. Répondant aux problématiques médiévales, un tel code peut à première vue sembler désuet ou inapproprié à l’époque moderne. Vraiment ? Largement imprégnés par la morale chrétienne, ce seront des prêtres, bien dans leur époque, qui revisiteront et réactualiseront pour vous les préceptes de ce code dont notre société moderne gagnerait beaucoup à s’inspirer. Faisons naître ensemble un nouvel esprit chevaleresque !
Cette semaine, le père François Hemelsdael, prêtre et missionnaire ayant passé 10 ans au Cambodge, s’est penché sur ce nouveau code de chevalerie.
Tu t’acquitteras exactement de tes devoirs féodaux, s’ils ne sont pas contraires à la loi de Dieu.
Dans un esprit d’obéissance, d’humilité et de discipline, le chevalier doit accepter, dans une certaine mesure, l’autorité de l’État et s’acquitter de ses devoirs envers celui-ci. L’intérêt commun prime toujours sur sa petite personne. Rien n’est plus grand que de s’oublier. C’est cela un chevalier, et la valeur qu’il donne à sa propre vie repose sur sa capacité à se donner lui-même. Plus il sert les autres autres, plus il grandit et s’épanouit. Sans effort ni renoncement, sa vie n’a pas de saveur.
Le quatrième commandement de Dieu (« Honore ton père et ta mère », ndlr) nous ordonne aussi d’honorer tous ceux qui, pour notre bien, ont reçu de Dieu une autorité dans la société. Il éclaire les devoirs de ceux qui exercent l’autorité comme de ceux à qui elle bénéficie.
(CEC 2234)
Parce qu’il est au service des autres, le chevalier doit être respectueux des lois qui régissent la société à laquelle il appartient. Elles sont, pour la majorité d’entre elles, garantes du bien commun, et le chevalier en a conscience. Il sait, en guise d’exemple, que le mariage civil permet de protéger dans un couple le conjoint le plus fragile, c’est pourquoi il s’y soumet.
Ceux qui sont soumis à l’autorité regarderont leurs supérieurs comme représentants de Dieu qui les a institués ministres de ses dons (cf. Rm 13, 1-2) : « Soyez soumis, à cause du Seigneur, à toute institution humaine… Agissez en hommes libres, non pas en hommes qui font de la liberté un voile sur leur malice, mais en serviteurs de Dieu » (1 P 2, 13. 16). Leur collaboration loyale comporte le droit, parfois le devoir d’exercer une juste remontrance sur ce qui leur paraîtrait nuisible à la dignité des personnes et au bien de la communauté.
(CEC 2238)
Sans État, sans une société saine et stable, une nation ne peut connaître que l’anarchie. Cette dernière rend stérile l’action du chevalier qui doit incarner l’Évangile : car si ce dernier ne peut être bien intégré par un enfant mal éduqué, il ne peut pas plus être appliqué dans une société instable et chaotique. C’est le rapport entre la nature et de la grâce invoqué par saint Thomas d’Aquin. Les valeurs de l’Église se diffuseront d’autant mieux dans la société que l’État sera stable.
Le devoir des citoyens est de contribuer avec les pouvoirs civils au bien de la société dans un esprit de vérité, de justice, de solidarité et de liberté. L’amour et le service de la patrie relèvent du devoir de reconnaissance et de l’ordre de la charité. La soumission aux autorités légitimes et le service du bien commun exigent des citoyens qu’ils accomplissent leur rôle dans la vie de la communauté politique.
(CEC 2239)
(CEC 2240) La soumission à l’autorité et la coresponsabilité du bien commun exigent moralement le paiement des impôts, l’exercice du droit de vote, la défense du pays :
« Rendez à tous ce qui leur est dû : à qui l’impôt, l’impôt ; à qui les taxes, les taxes ; à qui la crainte, la crainte ; à qui l’honneur, l’honneur. »
(Rm 13, 7)
Les chrétiens résident dans leur propre patrie, mais comme des étrangers domiciliés. Ils s’acquittent de tous leurs devoirs de citoyens et supportent toutes leurs charges comme des étrangers (…). Ils obéissent aux lois établies, et leur manière de vivre l’emporte sur les lois. (…) Si noble est le poste que Dieu leur a assigné qu’il ne leur est pas permis de déserter.
(Épître à Diognète 5, 5. 10 ; 6, 10).
L’Apôtre nous exhorte à faire des prières et des actions de grâce pour les rois et pour tous ceux qui exercent l’autorité, « afin que nous puissions mener une vie calme et paisible en toute piété et dignité » (1Tm 2, 2).
La seconde partie de cette règle de chevalerie induit un certain discernement : s’acquitter de ses devoirs, certes, mais « s’ils ne sont pas contraires à la loi de Dieu ». Il arrive en effet que le chevalier soit sollicité pour faire le mal, par l’État qui a autorité sur lui. Le preux chevalier doit obéir à sa conscience, mais celle-ci doit être éclairée. Dans une telle situation, il doit faire retraite intérieure, écouter la Parole de Dieu, écouter les autres, se tourner vers son Église et, enfin, prendre sa décision, seul ou en communauté. En dernier recours, l’action confirme ou infirme la décision prise.
Le chevalier se souviendra des étudiants de la Rose blanche, ce groupe de résistants allemands fondé en juin 1942 par une sœur et son frère : Sophie et Hans Scholl. Malgré les menaces, ils n’ont cessé de distribuer des tracts dans leur université dénonçant l’idéologie nazie ce qui leur a valu d’être arrêtés et décapités avec leurs compagnons. « Contre vents et marées, savoir se maintenir », cette citation de Goethe, ce sont les derniers mots que Hans Scholl traça sur les murs de sa cellule avant de partir vers la mort à seulement 24 ans, tandis que sa sœur écrivait dans son journal : « Il faut avoir l’esprit dur et le cœur tendre ». À leur suite, le chevalier ne doit pas avoir peur de monter au créneau s’il le faut et, en ultime ressort, accepter le martyre physique ou social. En tant que prophète, le chevalier doit assumer ses choix quitte à risquer sa vie ou son honneur, face à sa famille, ses amis ou ses collègues.
Le citoyen est obligé en conscience de ne pas suivre les prescriptions des autorités civiles quand ces préceptes sont contraires aux exigences de l’ordre moral, aux droits fondamentaux des personnes ou aux enseignements de l’Évangile. Le refus d’obéissance aux autorités civiles, lorsque leurs exigences sont contraires à celles de la conscience droite, trouve sa justification dans la distinction entre le service de Dieu et le service de la communauté politique. « Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu » (Mt 22, 21). « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Ac 5, 29) :
Si l’autorité publique, débordant sa compétence, opprime les citoyens, que ceux-ci ne refusent pas ce qui est objectivement demandé par le bien commun. Il leur est cependant permis de défendre leurs droits et ceux de leurs concitoyens contre les abus du pouvoir, en respectant les limites tracées par la loi naturelle et la loi évangélique (Gaudium et Spes 74, § 5).
(CEC 2242)
Seul, sans l’aide de Dieu, le chevalier ne peut ni discerner ni tenir ferme contre l’État. Il peut en cela prier le bienheureux Oscar Romero lui-même martyrisé au Salvador, assassiné en pleine messe parce qu’il dénonçait les persécutions contre l’Église et tentait de défendre les droits des paysans de son diocèse. Il peut en outre méditer les paroles de saint Pierre :
Pierre et les Apôtres déclarèrent : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes.
Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous aviez exécuté en le suspendant au bois du supplice. C’est lui que Dieu, par sa main droite, a élevé, en faisant de lui le Prince et le Sauveur, pour accorder à Israël la conversion et le pardon des péchés. Quant à nous, nous sommes les témoins de tout cela, avec l’Esprit Saint, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent. » Ceux qui les avaient entendus étaient exaspérés et projetaient de les supprimer.
(Ac 5, 29-33) 
Pour puiser sa force en son Maître et Sauveur, le chevalier peut reprendre à son compte les paroles prononcées par Esther, pleines d’espérance au plus fort de la tourmente :
« Mon Seigneur, notre Roi, tu es l’Unique ; viens me secourir, car je suis seule, je n’ai pas d’autre secours que toi, et je vais risquer ma vie.
Depuis ma naissance, j’entends dire, dans la tribu de mes pères, que toi, Seigneur, tu as choisi Israël parmi toutes les nations, et que parmi tous leurs ancêtres tu as choisi nos pères, pour en faire à jamais ton héritage ; tu as fait pour eux tout ce que tu avais promis.
Et maintenant, nous avons péché contre toi, tu nous as livrés aux mains de nos ennemis, parce que nous avons honoré leurs dieux : tu es juste, Seigneur.
Et maintenant, notre dur esclavage ne leur suffit plus. Ils ont fait un pacte avec leurs idoles, pour abolir ce que ta bouche a promis, faire disparaître ton héritage, fermer la bouche de ceux qui te célèbrent, éteindre la gloire de ta maison et les feux de ton autel,
pour que s’ouvre la bouche des nations, que soient célébrés les mérites des faux dieux et qu’à jamais soit magnifié un roi de chair.
Ne livre pas ton sceptre, Seigneur, à ceux qui n’existent pas. Que nos ennemis ne se moquent pas de notre chute ; retourne contre eux leurs projets. Du premier de nos adversaires, fais un exemple.
Souviens-toi, Seigneur ! Fais-toi connaître au jour de notre détresse ; donne-moi du courage, toi, le Roi des dieux, qui domines toute autorité.
Mets sur mes lèvres un langage harmonieux quand je serai en présence de ce lion, et change son cœur : qu’il se mette à détester celui qui nous combat, qu’il le détruise avec tous ses partisans.
Délivre-nous par ta main, viens me secourir car je suis seule, et je n’ai que toi, Seigneur.
Tu connais tout et tu sais que je hais la gloire des impies, que je n’ai que dégoût pour la couche des incirconcis et celle de tout étranger.
Tu sais la contrainte où je suis, que j’ai du dégoût pour l’orgueilleux emblème qui est sur ma tête aux jours où je parais en public. Il m’inspire du dégoût comme un linge souillé, et je ne le porte pas les jours où je me repose.
Ta servante n’a pas mangé à la table d’Amane, ni honoré les banquets du roi, ni bu le vin des libations.
Ta servante n’a pas connu la joie depuis le jour de son élévation, si ce n’est auprès de toi, Seigneur, Dieu d’Abraham.
Ô Dieu, qui as pouvoir sur tous, écoute la voix des désespérés, délivre-nous de la main des méchants, et délivre-moi de ma peur ! »
(Livre d’Esther 4, 17L-Z)

ALETEIA

17:32 Publié dans DIVERS | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique