logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/01/2018

LES EHPADS EN GRÈVE

 

Ehpad et services à domicile: la première grève nationale


Par Jean-Christophe Martineau le 26 janvier 2018

 

Nazareth Restaurant.png

 


L’exaspération des personnels débouche sur une grève nationale le 30 janvier 2018. À l’appel de sept syndicats, ils dénoncent la dégradation des conditions de travail et réclament l’augmentation des moyens destinés au secteur du grand âge.

C’est inédit. Pour la première fois, l’ensemble des organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, Sud-Solidaires, Unsa), appellent à la grève, le 30 janvier 2018, les salariés des établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPAD) et des services à domicile. Le mouvement national est soutenu par l’Association des directeurs au service des personnes âgées (AD-PA), la Fédération des responsables d’établissements et de services pour personnes âgées, la (Fnadepa) et dix syndicats de retraités. La grève se traduira par des débrayages dans les maisons de retraite, des rassemblements devant les Agences régionales de santé et, à Paris, devant le ministère de la Santé et des Solidarités. Leurs revendications: l’augmentation des moyens destinés au secteur du grand âge, l’amélioration des conditions de travail et des salaires des personnels, la titularisation des emplois aidés, l’abrogation de la réforme de la tarification des EHPAD, en vigueur depuis 2016. Ils dénoncent dans le cas des services à domicile, des tarifs horaires, fixés par les Départements, trop bas pour rémunérer correctement des employés et permettre aux services de rester économiquement viables.
 
Sous-effectif chronique et personnel éreinté
Pour les EHPAD, les signataires de l’appel à la grève exigent l’application de la règle prévue par le plan Solidarité grand âge de 2008, fixant le ratio de personnel des maisons de retraite à 1 salarié par résident. Une norme qui n’a jamais été atteinte, le taux d’encadrement se situant aujourd’hui, en moyenne, à 0,6 intervenant par personne âgée hébergée. Ce manque d’effectif se traduit par une surcharge de travail des aides soignant(e)s, confronté(e)s à des résidents de plus en plus fragiles, car entrant en institution plus tardivement que par le passé. 

Cette situation a fini par pousser nombre de soignants à se mettre en grève en 2017. De source syndicale, pas moins de 120 mouvements ont eu lieu en 2017 dans l’Hexagone, dont le plus emblématique, celui des aides-soignantes de l’Ehpad des Opalines (Jura) a duré 117 jours. Une situation qui a entrainé l’organisation, dès l’été 2017, d’une première mission parlementaire, pilotée par Monique Iborra, députée de Haute Garonne (LREM). Dans son rapport, elle constate les sous-effectifs chroniques; l’absence d’infirmier de nuit "dans la grande majorité des établissements"; les conditions de travail "particulièrement préoccupantes, tant du point de vue physique que psychologique", entraînant un taux d’absentéisme important et des accidents de travail en nombre supérieurs à ceux enregistrés dans le BTP… Depuis le début de l’année 2018, l’élue a repris son bâton de pèlerin, enchainant les visites de terrain dans le cadre d’une nouvelle mission dont l’un des objectifs est d’essayer d’élaborer des normes minimales de personnels par structure. Elle doit rendre son rapport à la ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès Buzyn, au tout début du mois de mars.
 
Seule pour veiller sur 99 résidents…
La médiatisation de ces mouvements sociaux a révélé au grand public l’exaspération et l’épuisement des personnels en nombre insuffisant pour assurer correctement leur travail. Comme en témoigne Syndie, aide-soignante dans un établissement public de l’ouest de la France. "Les résidents rentrent chez nous dans des états plus dégradés qu’avant. Il y a beaucoup de grabataires et la surcharge de travail est quotidienne puisque nous ne sommes pas plus nombreux pour faire face. On court toujours après la montre. Les agents sont rappelés pendant leurs jours de repos pour remplacer les personnes en arrêts de travail. Ou bien on fait appel à des contractuels plus ou moins formés, décrit-elle, notre travail se déshumanise. Un jour, j’ai entendu un élu dire: "Votre boulot ce n’est pas tenir la main et discuter…" C’est choquant! Notre travail c’est aussi cela: garder de l’humanité dans nos relations avec les personnes âgées et pas seulement faire la toilette et donner le repas!" Fin 2017, Mathilde Basset, infirmière dans un établissement ardéchois, a écrit à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, lui indiquant qu’il lui était arrivée de se retrouver seule pour veiller sur 99 résidents… Preuve de l’extrême sensibilité de l’opinion à ces questions, une pétition réclamant des moyens pour les ehpad, lancée le 15 janvier par trois médecins - dont l’urgentiste Patrick Pelloux- a réuni plus de 300 000 signatures en dix jours.
 
La nouvelle tarification contestée
Les organisateurs de la grève réclament également l’abrogation des décrets de la loi d’adaptation de la société au vieillissement, relatifs à la réforme de la tarification des Ehpad. Ces décrets impliquent, depuis décembre 2016, la convergence d’ici à 2023 des enveloppes soins et dépendance des établissements publics, associatifs ou commerciaux. Dans le cas de la dépendance, le nouveau mode de calcul, basé sur un tarif moyen départemental, aboutit, selon les syndicats et aussi la Fédération hospitalière de France (FHF), à une réduction des moyens alloués aux maisons de retraite publiques. La FHF évalue ainsi le transfert financier des établissements publics vers le secteur privé à 200 millions d’euros. "De nombreux établissements voient leur forfait dépendance diminuer sensiblement. Il s’agit pour l’essentiel d’Ehpad publics", confirment les députées Agnès Firmin Le Bodo (UDI) et Charlotte Lecocq (LREM), dans leur rapport d’information du 5 décembre 2017. « Avec cette réforme tarifaire, la majorité des établissements sont gagnants, assure de son côté Florence Arnaiz-Maumé, Déléguée générale du Synerpa, le syndicat des maisons de retraite privées, il faut continuer à augmenter de crédit, mais on ne peut pas dire que rien ne va. Le niveau de qualité des EHPAD n’a rien à voir avec ce qu’il était il y a 10 ans!"  Les députées Le Bodo et Lecocq proposent, elles,  un moratoire d’un an de la convergence des forfaits dépendance, le temps de remédier aux effets négatifs de la nouvelle réglementation. Dans un courrier adressé aux deux parlementaires, Agnès Buzyn rappelle que "le cumul des convergences soins et dépendance devrait apporter 397,9 millions d’euros de financement supplémentaires aux Ehpad, à l’issue de la période 2017-2023." "(…) Bien que le solde de la convergence dépendance soit négatif de 65,6 millions d’euros pour les Ehpad publics, celui-ci est plus que compensé par la convergence sur le forfait soins (+165,8 millions d'euros)". Au final, la ministre estime que seuls 10% des 7000 EHPAD que compte le pays seront perdants.
 
Des mesures pour parer aux difficultés les plus urgentes
Cette approche globale ne convainc pas les opposants à la réforme. Pour Luc Delrue, secrétaire fédéral FO santé, la convergence tarifaire consiste "à déshabiller Pierre pour habiller Paul." Mais si le gouvernement n’entend pas abroger les dispositions contestées, un certain nombre de mesures ont d’ores et déjà été annoncées face à l’exaspération des professionnels et au sourd mécontentement des familles. La loi de financement de la sécurité sociale prévoit pour 2018 100 millions d’euros afin d’améliorer l’encadrement des résidents et 10 millions pour expérimenter l’astreinte des infirmières de nuit. De même, sont programmées 4 525 nouvelles places dans les EHPAD. Fin 2017, Agnès Buzyn a lancé une mission sur la qualité de vie au travail dans les établissements médico-sociaux.  Enfin, le 25 janvier 2018, à cinq jours du déclenchement de la grève, elle a ajouté 50 millions d’euros et annoncé dans Le Parisien un "Plan de détection des Ehpad en difficulté", la mise en place de missions d’appui et la nomination d’un inspecteur des Affaires sociales comme médiateur. Luc Delrue, lui, a sorti sa calculette: "50 millions, cela finance environ 2500 postes… ce qui compense un tiers des emplois supprimés par la convergence!"Les syndicats placent leur action dans un mouvement général de défense des emplois publics du secteur sanitaire. Ils se réuniront le 31 janvier 2018 pour tirer le bilan de la grève. 
 Notre Temps
 

16:24 Publié dans DIVERS | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique