logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/12/2017

HOMÉLIE PAPALE SUR ST JOSEPH


S. Joseph et le mystère «de la re-Création»


Homélie du pape François


Messe à Sainte-Marthe, 18/12/2017 © L'Osservatore Romano

Capture d’écran 2017-12-19 à 16.47.09.png


Saint Joseph est l’homme qui « prend en main » le mystère, a expliqué le pape François, le mystère de « reconduire le peuple à Dieu», le mystère « de la re-Création », qui, comme le dit la liturgie, est « plus merveilleuse que la Création ».
Le pape François a appelé à s’inspirer de Joseph qui savait « comment cheminer dans l’obscurité » et « comment on avance en silence » au cours de son homélie prononcée en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, au Vatican, ce lundi matin 18 décembre 2017, indique Radio Vatican en italien.
Joseph, rappelle le pape en commentant l’Évangile de Matthieu, « s’est chargé » aussi « d’une paternité qui n’était pas la sienne : elle est venue du Père ». Il a pris donc en charge « deux choses : la paternité et le mystère ».
« Joseph, explique le pape François, prend en main ce mystère et aide : par son silence, par son travail jusqu’au moment où Dieu le rappelle à lui. »
« De cet homme, poursuit-il, qui a pris en charge la paternité et le mystère, on dit qu’il était l’ombre du Père : l’ombre de Dieu le Père. Et si Jésus homme a appris à dire « papa », « père », à son Père qu’il connaissait comme Dieu, il l’a appris de la vie, du témoignage de Joseph : l’homme qui garde, l’homme qui fait grandir, l’homme qui porte en avant toute paternité et tout mystère, mais ne prend rien pour lui-même ».
Joseph, poursuit le pape, « a porté en avant la paternité avec ce que cela signifie : non seulement soutenir Marie et l’enfant, mais aussi faire grandir l’enfant, lui enseigner le métier, le porter à la maturité d’homme ». « Et ceci, sans dire un mot, note le pape. Dans l’Évangile il n’y a aucune parole dite par Joseph. L’homme du silence, de l’obéissance silencieuse. »
Pourtant, rappelle le pape, ce n’était pas facile pour Joseph d’accepter la maternité de Marie. Il a éprouvé de la « douleur », de la « souffrance ». Mais quand « intervient le Seigneur », avec un ange qui lui a expliqué dans un songe que l’enfant « engendré en elle » était venu « de l’Esprit Saint », Joseph a « cru et il a obéi ».
« Joseph menait une lutte intérieure », explique le pape, « dans ce combat » il a entendu « la voix de Dieu : « Mais lève-toi ! » « Ce « lève-toi », poursuit le pape, a été prononcé « tant de fois, au début d’une mission, dans la Bible » : « Lève-toi ! Prends Marie, amène-la chez toi. Prends la situation en charge : prends cette situation en main et va de l’avant. »
« Joseph n’est pas allé chez ses amis pour se réconforter, précise le pape, il n’est pas allé voir le psychiatre pour interpréter le songe … non : il a cru. Il est allé de l’avant. Il a pris la situation en mains. »
Voilà, conclut le pape François, « le grand Joseph », dont Dieu avait besoin pour porter en avant « le mystère de reconduire le peuple vers la nouvelle Création ».
(Zenit)

16:57 Publié dans PAPE | Lien permanent | Commentaires (0)

07/12/2017

D'ORMESSON AGNOSTIQUE?

 

JEAN D’ORMESSON : UN AGNOSTIQUE PAS SI AGNOSTIQUE QUE CELA!

Capture d’écran 2017-12-07 à 17.40.40.png


Jean d'Ormesson : "Je mourrai catholique".


Jean d'Ormesson est mort, dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 décembre, d'une crise cardiaque. Il avait 92 ans. A la sortie de son ouvrage, C'est une chose étrange à la fin que le monde, Pèlerin l'avait rencontré. L'académicien se questionnait alors sur le sens de la vie et s’interrogeait sur le rôle de Dieu.

Pèlerin : Pourquoi vous être lancé dans l’'écriture de C'est une chose étrange à la fin que le monde (1), ce que vous appelez un « roman de l’'Univers » ? 
Jean d'Ormesson : Parce que je ressens, depuis toujours, comme une stupeur d'exister. Déjà, lorsque j'étais enfant, je m'arrêtais parfois de jouer en me disant : « Mais qu'est-ce que je fais là ? »
Et puis, il y a cinq ans, un jour d'été, je me baignais dans la Méditerranée quand soudain, en sortant de l'eau, j'ai été envahi par un sentiment d'émerveillement, un vertige. Pourquoi le soleil ? Pourquoi la mer ? Pourquoi les rochers ? Dès lors, j'ai eu l'idée d'un roman qui traduirait cet étonnement d'être au monde.
Avec une interrogation qui revient au fil des pages : pourquoi y a-t-il quelque chose, au lieu de rien ? 
Oui, car cette stupeur d'exister pousse à se demander d'où l'on vient et où l'on va. Des questions éternelles. J'ai donc voulu raconter, de manière simplifiée, de Copernic à Einstein en passant par Galilée et Hawking, comment les sciences ont progressivement permis d'expliquer la création du monde.
Aujourd'hui, les chercheurs pensent - même si cette théorie reste une hypothèse - qu'il y a 13,7 milliards d'années, le big bang, l'explosion originelle, a donné naissance à l'univers. Soit. Mais surgit alors une nouvelle question : avant le big bang, qu'y avait-il ? Le néant ? Ou bien autre chose qui nous dépasse ?
Autre chose, c'’est-à-dire… Dieu ? Vous croyez donc en son existence ? 
Je suis né dans une famille très catholique, je mourrai catholique. Mais je dois avouer que je ne sais pas. J'espère que Dieu existe. Je côtoie tous les jours, d'un côté, des personnes persuadées que c'est le cas : Chateaubriand, Claudel, Péguy...
De l'autre, des personnes convaincues du contraire : Marx, Sartre... Dans les deux cas, impossible d'obtenir la moindre preuve. J'aimerais y croire. Souvent j'en doute. Je doute de Dieu parce que j'y crois. Je crois en Dieu parce que j'en doute. Disons que... je doute en Dieu. Je me résous donc à ne pas choisir et me range dans le camp des agnostiques.
Votre roman parle du temps qui passe et de la mort, que vous évoquez avec un mélange de fatalisme et de malice. Vous écrivez : « Nous ne mourrons pas. Nous mourons, à chaque instant de notre vie. » Comment l’'agnostique que vous êtes envisage-t-il l'’« après » ? 
La mort est un thème qui m'a toujours travaillé. Avoir fêté mes 85 ans cette année ne rend pas le sujet plus urgent à mes yeux. Mais le temps qui file m'obsède. La mort ne me fait pas peur.
Elle vous libère des contingences du quotidien, de la souffrance. C'est mourir qui est contrariant. Que dire alors ? Qu'il est possible qu'il n'y ait rien après. Il est possible que notre existence ne soit qu'une parenthèse entre deux néants. Ça m'étonnerait.
Je crois que la vie a un sens, qui ne saurait être stoppé par notre disparition. Je crois que la justice et la vérité, si souvent contrariées ici bas, doivent bien exister quelque part.
Pour un agnostique, vous avez de belles certitudes… ...
Effectivement. Mon espérance en Dieu est si forte qu'elle s'apparente presque à de la foi.
Êtes-vous satisfait de votre vie ? 
Oui, jusqu'ici, elle a été épatante. J'ai eu de la chance. Grâce à mon père diplomate, j'ai voyagé, j'ai bénéficié d'un grand confort matériel et intellectuel. J'ai été très aimé. Au début de ma carrière, je me suis même demandé si ce n'était pas un handicap pour devenir auteur.
Il semble que les bons sentiments ne fassent pas toujours de la bonne littérature. Le drame, le cynisme, les larmes, ont donné tant de chefs-d'œœuvre.
Cette aptitude à la joie vous a valu le qualificatif d'’« écrivain du bonheur ». Ce surnom vous convient-il ? 
Je me le suis longtemps attribué. Je m'émerveille facilement. Je peux m'extasier devant un coucher de soleil. J'aime la vie. Pourtant, je suis lucide et je vois que la société va mal.
Les histoires d'amour ne durent pas, les gens perdent leur travail. Il y a la violence, la guerre, la maladie... Certes, le monde est sinistre. Mais vivre, vivre ! Cela reste un cadeau !
Qu’'aimeriez-vous que Dieu vous dise lorsque vous arriverez devant lui ? 
« Je te pardonne. » Qu'espérer de plus ? Je songe souvent à cette hypothétique rencontre. Décidément, il m'occupe beaucoup, ce Dieu dont j'ignore pourtant s'il existe vraiment.
Si, à votre mort, on vous proposait de tout recommencer… ?
Hors de question ! Une vie suffit, quand elle a été pleine. La pire des punitions pour l'homme serait d'être immortel.
Pourtant, vous l’'êtes un peu… Les académiciens ne sont-ils pas surnommés les Immortels ? 
Cocteau affirmait avec justesse : « Nous sommes immortels le temps de notre vie. Ensuite, nous nous transformons en fauteuil. » Néanmoins, il est vrai qu'il existe deux manières de laisser sa trace dans l'histoire.
Faire des enfants et réaliser une œuvre. Je serais heureux d'être encore lu dans cinquante ans. Je reçois des lettres charmantes, si nombreuses que je suis débordé. D'année en année, mon lectorat rajeunit, ce qui me ravit. Même si je sais que ce n'est pas uniquement dû à mon style, mais parce que je passe à la radio, à la télévision.
Parce que je cabotine. Ma mère m'a inculqué trois principes : « Tout courrier mérite réponse », « Ne te fais pas remarquer » et « Ne parle pas de toi »... Voyez comme c'est réussi !
Justement, la famille de votre mère était très conservatrice. Votre père, plus libéral et ancré à gauche. Qu’avez-vous gardé de ce mélange ? 
Mon père a été nommé ambassadeur par le Front populaire. Au sein de ma famille maternelle, Léon Blum était considéré comme un gauchiste. À l'inverse, il était traité de bourgeois par mes camarades de promo à l'École normale supérieure.
Il faut dire qu'ils étaient tous trotskystes. Bref, tout cela m'a appris la tolérance. Peut-être ai-je d'ailleurs poussé ce sentiment un peu trop loin : je suis très influençable. Du genre à penser que mes adversaires ont plus raison que moi. C'est entre autres pour cela que je n'ai pas fait de politique.
Vous avez une petite-fille de 15 ans. Quel grand-père êtes-vous ? 
Sans me vanter, le meilleur ! Alors que, objectivement, je n'ai pas été un bon père. Ma fille Héloïse, devenue depuis éditrice, a été entièrement élevée par sa mère. Je n'étais jamais là. C'est formidable, les petits-enfants ! Vous n'êtes responsables de rien. Vous n'avez qu'à les aimer. Et j'aime beaucoup Marie-Sarah.
Avez-vous réussi à lui transmettre votre fameuse capacité d’émerveillement ? 
En ce moment, elle s'émerveille surtout sur les fringues et la mode, comme beaucoup d'adolescentes de son âge. Elle a bien le temps pour les questions métaphysiques. Moi-même, je n'y suis venu qu'assez tard.
Noël approche. Est-ce une période importante pour vous ? 
Cette fête m'évoque de délicieux souvenirs d'enfance. Des balades en traîneaux, sous la neige, dans la campagne roumaine, à l'époque où mon père y était en poste. Nous balancions des morceaux de viande autour de nous, pour éloigner les loups !
D'un point de vue plus spirituel, c'est aussi une fête qui me passionne parce qu'elle rappelle cette idée qui n'est présente que dans le christianisme : l'incarnation ! Un Dieu qui se fait homme parmi les hommes.

(1) Éditions Robert Laffont, 313 p. ; 21 €.

 

05/12/2017

JEAN D'ORMESSON

JEAN D'ORMESSON NOUS A QUITTÉS DISCRÈTEMENT LA NUIT DERNIÈRE, ÂGÉ DE 92 ANS.

LES FRANÇAIS N'OUBLIERONT PAS CET HOMME SI DOUÉ, SI BRILLANT, SI AIMABLE, SI PLEIN D'HUMOUR AUSSI...

 

VOICI CE QU'EN DIT CE MATIN "OUEST FRANCE"

Capture d’écran 2017-12-05 à 17.22.30.png


Dieu, l'amour, le bonheur... Jean d'Ormesson en dix citations

Il a joué avec les mots et la vie pendant toute sa vie. L'écrivain aux quarante livres nous a laissé quelformule
qui resteront.
Des mots et même des bons mots. Une éloquence incomparable. Jean d'Ormesson, décédé à 92 ans, s'est amusé toute sa vie. Au fil de ses romans et de ses interviews, l'académicien s'est livré avec malice et talent. Voici dix de ses meilleures citations.
Dieu
En s'interrogeant sur le sens de la vie, l'écrivain s'est aussi penché sur le cas de Dieu, se déclarant à la fois « catholique » et « agnostique ». Deux citations résument son rapport au seigneur :
« Je doute de Dieu parce que j'y crois. Je crois en Dieu parce que j'en doute. »
« Je trouve que si Dieu n'existe pas, la vie est une farce tellement tragique qu'il faut espérer à tout prix qu'il existe. »
Amour
Dans Dieu, sa vie, son oeuvre, fable sur les origines du monde, publié chez Gallimard, en 1980, Jean d'O parlait bien sûr d'amour : « Rien n'est plus proche de l'absolu qu'un amour en train de naître. »
Mariage
Invité de l'émission Double Jeu de Thierry Ardisson, en 1992, Jean d'Ormesson s'était payé une institution : « Le mariage est une épreuve redoutable... un cauchemar. » Tout en prenant soin de remercier son épouse, Françoise, de l'avoir « supporté » si longtemps.

 

Plaisirs
L'éternité ou un jour ? Extrait de Voyez comme on danse (2001, Robert Laffont) : « Il y a des jours, des mois, des années interminables où il ne se passe presque rien. Il y a des minutes et des secondes qui contiennent tout un monde. »  
Buller serait le secret de la longévité de l'homme aux yeux clairs ? « La paresse, rien de plus clair, est la mère des chefs-d’œuvre. »
Confidence extraite de son premier roman, L'Amour est un plaisir (1956, Julliard ) : « C’est ça qui me fait peur dans le bonheur : l’usure, la lassitude, l’effilochage. »
Argent
Evoquant son père pour qui « détestait » gagner de l'argent, Jean d'Ormesson reformulait à sa manière un célèbre proverbe, dans un entretien avec Pierre Desgraupes, en 1959 : « L'argent fait le bonheur de ceux qui n'en ont pas ». 
(Source: Ouest-France)

28/11/2017

PREMIERS PAS DU PAPE EN BIRMANIE


Myanmar: arrivée du pape François
Premier pape sur le sol birman

Arrivée du pape à Yangon, Myanmar © L'Osservatore Romano

Capture d’écran 2017-11-28 à 17.01.00.png


Le pape François est arrivé à Yangon (Rangoun), au Myanmar (Birmanie) aux environs de 13h20 heure locale (7h50 à Rome), ce 27 novembre 2017, pour son 21e voyage international.
Son avion, un A 330 de la compagnie Alitalia, était parti de l’aéroport romain Leonardo da Vinci la veille au soir un peu après 22h. Durant le vol qui a duré une dizaine d’heures, le pape a salué les journalistes voyageant avec lui, les remerciant pour leur travail « qui sème beaucoup de bien ».
« Je vous souhaite un bon séjour. On dit qu’il fait trop chaud, je suis désolé, mais qu’au moins ce soit fructueux », a-t-il souhaité avant de saluer un à un les représentants des médias.
A son arrivée sous un ciel mitigé et sous une température d’une trentaine de degrés Celsius, le pape a été accueilli par un ministre délégué du président de la République, Htin Kyaw, par les évêques birmans et par une centaine d’enfants en costumes traditionnels.
Après l’accueil sobre, le pape a rejoint l’archevêché de Yangon, où l’attendait « une foule festive », d’après Radio Vatican. Il devait y célébrer la messe en privé.
Aucun rendez-vous officiel n’était prévu pour cette première journée. Demain, 28 novembre, aura lieu la rencontre avec les autorités birmanes, la société civile et le Corps diplomatique, à Naypyidaw, capitale du pays. Le pape s’entretiendra en privé avec le président Htin Kyaw, ainsi qu’avec la conseillère d’État et ministre des Affaires étrangères, Aung San Suu Kyi.
Le pape restera en Birmanie jusqu’au 30 novembre. Il partira ensuite pour le Bangladesh et rentrera à Rome samedi prochain, 2 décembre. Il s’agit de son troisième voyage en Extrême-Orient, après le Sri Lanka et les Philippines (janvier 2015) et le la Corée (août 2014).
-
Myanmar : la suite papale à la pagode de Shwedagon
Le plus grand Centre bouddhiste birman

Pagode de Shwedagon © Twitter @antoniospadaro

Capture d’écran 2017-11-28 à 17.05.14.png


La suite papale s’est rendue à la pagode de Shwedagon, le plus prestigieux centre spirituel bouddhiste birman, au premier jour du voyage apostolique au Myanmar, le 27 novembre 2018.
Quelques heures après l’atterrissage de l’avion du pape François dans le pays, le jésuite Antonio Spadaro a posté sur Twitter des photos de cette visite accomplie notamment par le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin et par le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples.
Durant cet événement qui a eu lieu aux alentours de 19h heure locale (13h30 à Rome), d’après une courte vidéo postée par Radio Vatican, le cardinal Filoni a notamment été invité à faire résonner un gong.
Le complexe monumental, constitué de nombreux temples et d’une pagode centrale recouverte d’or et de diamants, dont l’histoire remonte à 2.500 ans, est situé à Yangon, ancienne capitale du pays. Il abrite des reliques de bouddha ainsi qu’une multitude d’ornements précieux et de statues.
Durant ce voyage au Myanmar, le pape doit rencontrer le Conseil suprême “Sangha” des moines bouddhistes au Kaba Aye Centre.

(ZENIT)

 

17:20 Publié dans PAPE | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2017

BIRMANIE

Le Pape sera en Birmanie (et Bengladesh) à partir du 26/11.

A ce propos, voici une vidéo intéressante

 

https://youtu.be/BYlJMBK7FxY

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique