logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

24/11/2017

ECRITURE INCLUSIVE???


Édouard Philippe dit non à l'écriture inclusive

Capture d’écran 2017-11-24 à 17.15.41.png

 



Dans une circulaire, Édouard Philippe invite ses ministres à bannir l'écriture inclusive.
Le Premier ministre Édouard Philippe vient de se prononcer contre l'écriture inclusive dans les textes officiels. Un décision qui va alimenter le débat sur la féminisation de la langue française. Pèlerin fait le point.
1. Une circulaire qui jette un pavé dans la mare
Faut-il réformer la langue de Molière au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes ? Le chef du gouvernement vient de trancher. Dans une circulaire qui paraîtra le 22 novembre au Journal Officiel, il adresse une consigne à ses ministres :  "Je vous invite, en particulier pour les textes destinés à être publiés au Journal officiel de la République française à ne pas faire usage de l'écriture dite inclusive".

L'État doivent se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques.

Édouard Philippe justifie sa décision en expliquant "Outre le respect du formalisme propre aux actes de nature juridique, les administrations relevant de l'État doivent se conformer aux règles grammaticales et syntaxiques, notamment pour des raisons d'intelligibilité et de clarté de la norme".
2. Le b.a.-ba de l’écriture inclusive
Ces dernières semaines, le corps enseignant, les immortel•le•s de l’Académie française, journalistes, auteur•rice•s, politicien•ne•s, se sont exprimé•e•s avec fougue sur le sujet. Les chef•fe•s de file de cette réforme sont déterminé•e•s à prouver leur bonne foi...

Ce qui donne par exemple : "Émile et Pauline sont gentilles".

La rédaction de ces quelques lignes s’inscrit dans le strict respect des règles de l’écriture inclusive. Ainsi, le point médian permet d’inclure le masculin et le féminin dans un même mot. Le genre des noms de fonctions, grades et autres titres est, lui, systématiquement décliné.
Avec l’accord dit «de proximité», le masculin ne l’emporte plus forcément sur le féminin. Ce qui donne par exemple : "Émile et Pauline sont gentilles". Enfin les mots épicènes (journaliste, élève) ou les formules dites englobantes (corps enseignant) seront privilégiés parce que non sexués.

3. Le manuel qui a enflammé le débat


Désigner des métiers comme "artisan•e•s", ou encore "commerçant•e•s"

L’éditeur Hatier a sorti pour la rentrée le manuel Questionner le Monde pour les CE2, édité en écriture inclusive. "Les manuels scolaires sont le reflet de la société et de ses évolutions", arguait l’éditeur, le 26 septembre.
Dans ce livre, l’ajout d’un point médian ne concerne que… 13 mots pour désigner des métiers comme "artisan•e•s", ou encore "commerçant•e•s". Hatier souligne qu’il a juste appliqué les recommandations du Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, publié en novembre 2015 par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes.
En 1984, déjà, Yvette Roudy, alors ministre des Droits de la femme, avait chargé Anne-Marie Houdebine, une linguiste, de superviser une commission de terminologie sur la féminisation des titres et des fonctions. Ces travaux faisaient suite à la loi du 13 juillet 1983 promulguant l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes dans les entreprises.

4. Passion et pétitions
Le 7 novembre, à l’initiative d’Eliane Viennot, professeure de littérature française de la Renaissance à l’Université Jean-Monnet, à Saint-Étienne (Loire), 314 enseignants de français ont signé un manifeste pour signaler "qu’ils n’enseigneront plus que le masculin l’emporte sur le féminin". L’universitaire rappelle qu’il y a près de 400 ans la monarchie utilisait officiellement les termes "ambassadrice", "autrice", "officière".

L’Académie française, elle voit dans l’écriture inclusive "un péril mortel".

L’Académie française prétend encore que ces mots constituent des "néologismes", fustige celle qui aime à rappeler, par ailleurs, que Charles de Gaulle fut le premier à employer dans ses discours "Françaises, Français". "Aujourd’hui, nous sommes à un tournant : les femmes accèdent de plus en plus à des postes à responsabilité. La réflexion bat son plein pour l’égalité des salaires, le partage des tâches domestiques, la représentation politique.
La langue reflète ces évolutions. Il ne faut pas l’en empêcher." D’autres enseignants s’y opposent et le font savoir dans une pétition baptisée "Contre ces combats “féministes” qui abîment la langue française". Elle a déjà recueilli près de 5 000 signatures sur change.org. Quant à l’Académie française, elle voit dans l’écriture inclusive "un péril mortel".
Le 26 octobre, les sages ont officiellement déclaré "qu’il est déjà difficile d’acquérir une langue, qu’en sera-t-il si l’usage y ajoute des formes secondes et altérées ?" L’un d’eux, Danièle Sallenave craint des confusions pour l’apprentissage du français, mais aussi l’impossibilité de lire à haute voix.
"Ce débat s’avère néanmoins l’occasion de mener un grand chantier pour tenir compte davantage de l’égalité des sexes, juge l’une des quatre Immortelles. La langue est un bien commun. Il ne faut pas la modifier brutalement au risque de ne plus se faire comprendre et de la rendre illisible", précise-t-elle.  

L'entreprise a introduit dans ses documents des mots comme "bailleuse" ou "chef·fe de projet construction".

5. Les pionniers en France
En 2016, Raphaël Haddad, directeur de l’agence de communication Mots-Clés, a publié un manuel d’écriture inclusive pour accompagner des sociétés dans cette démarche. L’un des plus gros bailleurs d’habitat social d’Europe, l’agence 3F a, ainsi introduit dans ses documents des mots comme "bailleuse" ou "chef·fe de projet construction". Résultat : plus de femmes ont candidaté pour un poste.
Depuis quelques semaines, le magazine en ligne Slate.fr s’est converti à l’écriture inclusive. Reste que le journal n’utilise pas les points médians : "ils ne sont pas assez lisibles", selon son rédacteur en chef, Christophe Carron.

6. Qu’en est-il à l’étranger ?
Créé en 1961, l’Office québécois de la langue française recommande, par exemple, l’usage des termes "plombière", "agente de maîtrise", "homme de ménage"… En Belgique, un décret de 1993 oblige à décliner les noms de métier. Même des pays anglophones s’y sont mis ! Ainsi, en Grande-Bretagne, chairperson (président) est préféré à chairman.

La langue est un organisme vivant.

7. Le français, une langue bien vivante
À l’instar de monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir, nombreux sont ceux qui utilisent déjà "auteure", "professeure". D’autres s’en émeuvent. Parmi les pays francophones, la France, où la pureté de la langue fait figure d’enjeu national, se distingue par une crispation à ce sujet.
L’écriture inclusive, qui promeut l’égalité homme-femme, vient finalement mettre l’accent sur une réalité : la langue est un organisme vivant et sensible aux évolutions de la société.
(Pèlerin)

16/11/2017

PAYER POUR ENTRER DANS UNE CATHÉDRALE?

Faut-il faire payer l’entrée des Cathédrales?

Capture d’écran 2017-11-16 à 17.15.13.png

 

 


Tout a commencé par une interview donnée dimanche au Parisien, dans laquelle Stéphane Bern a annoncé sa volonté de rendre payante l'entrée des cathédrales françaises, afin de financer leur entretien, leur rénovation et d’en dégager des revenus. "Il faut d'urgence faire payer l'entrée des cathédrales, on est le seul pays où leur accès est gratuit." Et d'ajouter : "Une ville comme Paris n'a plus les moyens d'entretenir son patrimoine religieux. À Londres, l'entrée à l'abbaye de Westminster est fixée à 24 euros !"

La France est le seul pays où l'accès aux cathédrales est gratuit !

Cette déclaration est dans le droit fil de la mission qui lui a été confiée par Emmanuel Macron. Le 16 septembre, en effet, le président de la République a officiellement chargé l'animateur de télévision d’une mission bénévole de six mois, pour recenser le patrimoine local en péril, et  "réfléchir à des moyens innovants de financer ces restaurations, dans les mois et années qui viennent".
Les propos de Stéphane 
De son coté, la Conférence des évêques de France a réagi dans un communiqué où elle rappelle notamment que "Les cathédrales, alors même qu’elles font partie du patrimoine culturel de la France, sont avant tout des lieux de prière et de culte dont l’accès doit être libre. En notre époque de bruit et de tribulations, les cathédrales constituent des lieux de paix et d’intériorité, proposés à tous."
Forte de ses quatre-vingt dix cathédrales chargées d'Histoire, la Conférence des évêques a insisté: "Rendre leur accès payant entamerait la dimension de gratuité que comporte la proposition de la foi, la rencontre avec Dieu, dont les édifices religieux peuvent constituer un cadre. Parce que les cathédrales sont des lieux d’expression de la spiritualité catholique – notamment dans sa dimension artistique -, leur accès libre est aussi un accès libre à la foi chrétienne."
Après le tollé provoqué par sa proposition, Stéphane Bern s'est rétracté, soulignant que l’entrée payante concernerait uniquement les touristes étrangers.
Dans un tweet publié lundi matin il déclare : "Je suggérais de faire payer l’entrée de Notre-Dame aux visiteurs touristiques - qui empêchent du reste les croyants de se recueillir - en dehors des heures où s’y rendent les fidèles. On a déformé cette suggestion qui émane de l’observatoire du patrimoine religieux."
 Un correctif qui devrait calmer les esprits même si l'idée de faire payer l'entrée des édifices religieux, déjà évoquée il y a quelques années, resurgira certainement si l'État n'a plus les moyens d'entretenir son patrimoine, laïque ou religieux...
  (Pèlerin)

17:25 Publié dans RELIGION | Lien permanent | Commentaires (4)

14/11/2017

LE "NOUVEAU" NOTRE PÈRE

A partir du 3 DÉCEMBRE PROCHAIN (1er Dimanche de l'Avent), Sur décision de Rome, une légère modification interviendra dans le texte du "Notre Père":

 

Au lieu de dire "ne nous soumets pas à la tentation" on dira désormais :"ne nous laisse pas entrer en tentation"...

ce qui, au demeurant, est bien plus juste, car Dieu n'est en rien un Tentateur!

 

Un Evêque de France nous en donne le sens dans une courte vidéo, dont l'adresse URL est :

 

https://youtu.be/OLw6aB5Mx0o

17:58 Publié dans RELIGION | Lien permanent | Commentaires (0)

11/11/2017

11NOVEMBRE

Paris : dans la peau d'un soldat au musée de l'Armée des Invalides

Capture d’écran 2017-11-11 à 11.22.02.png

 

 


Le musée de l'Armée aux Invalides à Paris propose une exposition qui permet aux visiteurs de se glisser dans la peau d'u soldat à travers les époque
Entre une patrouille romaine et celle de l'opération Sentinelle, 2 000 ans ont passé. Le bruit de l'armure ne résonne plus dans les rues, mais le poids du paquetage demeure autour de 35 kg. Qu'il soit perfectionné ou rudimentaire, le barda du militaire n'évolue guère. Le cavalier du XVIe siècle enfile 33 kg auxquels il faut ajouter les 44 kg de l'armure de son cheval. Un attirail que l'exposition du musée de l'Armée des Invalides permet d'essayer en partie pour entrer dans la peau d'un soldat.
Pas de pied droit ni de pied gauche
Dans le vestiaire, on trouve le gilet pare-balles et ses 15 kg, un casque français utilisé après la Première Guerre mondiale et ses drôles de chaussures de presque deux kilogrammes portées par les Allemands pour faire face au froid russe. Pour devenir un grognard de Napoléon, il faut un sac en peau de vache, compagnon incontournable pour défendre l'empereur coûte que coûte. Pour les chaussures, pas de droit ni de pied gauche. Le modèle se fait à l'usure. La semelle en cuir dure moins d'un mois. Le bruit des clous sous les chaussures ne disparait qu'avec l'arrivée des semelles en caoutchouc pendant la Seconde Guerre mondiale. L’armée devient alors silencieuse.

11:38 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (0)

10/11/2017

APPEL DE L'ARCHEVÊQUE DE KIRKOUK

Chrétiens d’Orient :

le cri d’alarme de Mgr Mirkis

 

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.03.42.png



Alors que l’Irak est en proie au chaos, après le retrait de Daesh, Mgr Mirkis, archevêque de Kirkouk, a lancé un appel à l’aide, pour permettre aux chrétiens de rester dans leur pays et construire l’avenir.
Rester ou partir ? Comment reconstruire l’Irak, et penser l’après-Daesh ? Quelles relations construire avec les musulmans ? Voilà les questions, lourdes d’enjeux pour l’avenir du pays, auxquelles sont confrontés les chrétiens d’Irak. Ce mercredi 7 novembre, Mgr Youssif Thomas Mirkis, archevêque de Kirkouk, au Nord du pays, s’est fait leur porte-parole, devant les évêques de France, réunis en Assemblée plénière à Lourdes.
Avec une lucidité implacable, il a exposé la situation géopolitique en Irak, en proie au chaos. Alors que Daesh a perdu ses derniers bastions, la menace terroriste « reste omniprésente et multiforme. »

Tout est miné, même les poupées et les frigos

Certains villages sont en ruines, et les opérations de déminage sont nécessaires avant d’envisager le retour des habitants : « Tout est miné, même les poupées et les frigos » a lâché Mgr Mirkis. La rivalité entre Kurdes et Arabes a par ailleurs resurgi avec violence. Le 25 septembre, le référendum sur l’indépendance du Kurdistan irakien a créé « une escalade entre le gouvernement irakien fédéral et le gouvernement régional kurde », a souligné Mgr Mirkis. « Une guerre a été évitée de justesse. Elle aurait été désastreuse, pour des minorités qui auraient payé le prix le plus élevé. »
Pour les chrétiens, l’avenir est incertain. « Quelle sera la suite ? Nul ne le sait, à exposé l’archevêque chaldéen. Les chrétiens, les Yézidis et les autres pourront-ils revenir chez eux ? Tous ces gens ont perdu la paix avec leurs voisins, mais surtout, leur mémoire est accablée par les drames vécus par un grand nombre de victimes. » Pour lui, Daesh n’est que la partie émergée de l’iceberg. Le monde musulman est profondément malade de l’islamisme politique, « peut-être la crise la plus sérieuse de son histoire. »
« Pendant des décennies, un discours de haine et de refus des autres a été diffusé, a-t-il dénoncé. Dans certains pays, ces discours tiennent le haut du pavé sur les chaines de télévision, dans les mosquées et sur Internet. »

Une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde est en train de disparaître sous nos yeux.

C’est dans ce contexte qu’il est venu plaider la cause des chrétiens d’Orient. « Une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde est en train de disparaître sous nos yeux, dans l’indifférence ambiante », a-t-il alerté, devant les évêques. Les chaldéens, qui étaient 1, 2 millions il y a quelques années en Irak, ne seraient plus que 450 000 aujourd’hui.
Plutôt que d’émigrer vers les pays occidentaux, Mgr Mirkis les exhorte à rester en Irak où sont leurs racines. « L’immigré devra déployer d’énormes efforts pour s’intégrer dans un pays et une culture où il est arrivé meurtri, a-t-il mis en garde. En revanche, même si en Orient nous restons des minorités, nous y sommes chez nous. » Les chrétiens ont, selon lui, un rôle déterminant à jouer pour promouvoir la coexistence entre communautés.
Pour reconstruire le pays, il mise sur la jeunesse. Notamment grâce aux dons des catholiques de France, il a mis en place un programme pour permettre aux étudiants qui ont fui Mossoul et la plaine de Ninive de poursuivre leurs études à Kirkouk. 400 étudiants en ont bénéficié en 2015, et 700 en 2016. « Nous avons besoin cette année de votre aide, a-t-il insisté auprès des évêques. Ces étudiants souhaitent rester et contribuer à la reconstruction de leur pays. »
Le témoignage de ces jeunes musulmans, chrétiens et yézidis qui vivent, mangent, et étudient sous le même toit est pour lui une vraie source d’espérance. « Cette génération va sauver l’Irak. »
(Pèlerin)

Capture d’écran 2017-11-10 à 17.04.14.png

17:16 Publié dans RELIGION | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique