logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

15/02/2017

1917-2017 : CENTENAIRE DE FATIMA


1917-2017 = CENTENAIRE DE FATIMA

 

Capture d’écran 2017-02-15 à 17.19.10.png

 

 

 

Chères lectrices, chers lecteurs,

C'est cette année le centenaire des apparitions de la Vierge Marie à la Cova da Iria. La Vierge Marie a "visité" le Portugal, alors que l'Europe était déchirée par la "boucherie" de la Première guerre mondiale. Le Corps expéditinnaire portugais, fort de 45 000 hommes, est parti de Lisbonne cent trois jours avant la première apparition, et il sera défait à la bataille meurtrière de la Lys en avril 1918. Le pays lui-même était travaillé par la laïcisation. 
La Vierge Marie est venue confier son message au Portugal, à trois pastoureaux, les bienheureux François et Jacinthe et Lucie, dont le procès de béatification est arrivé à Rome. Mission accomplie: ce message, qui n'a rien perdu de son actualité, a aujourd'hui atteint le monde entier. 
Au coeur du message, la prière quotidienne du chapelet pour la paix. Pourquoi pas la messe quotidienne?, a-t-on demandé à soeur Lucie. Elle a fait remarquer que tout le monde ne peut pas aller tous les jours à la messe, mais que le chapalet, on peut toujours le porter avec soi. 
Les papes se sont rendus en pèlerinage à Fatima, un 13 mai: Paul VI, en 1967, Jean-Paul II - en 1982, 1991 et 2000 -, Benoît XVI, en 2010. Le pape François s'y rendra, les 12 et 13 mai prochain. Nous essayerons de faire vivre ces moments intenses à tous nos lecteurs. 
Mais ce serait paradoxal que nous ne puissions pas les faire vivre à nos lecteurs lusophones! 
Ainsi, au moment où Zenit me confie la tâche de coordonner les 7 éditions, il m'est apparu impossible de ne pas commencer par relancer cette année le service en portugais. Et, je vous le confie, en pensant également à nos lecteurs du Brésil, parce qu'une de mes grands mères et née à Sao Paulo et je ne peux pas l'oublier. 
Mais pour relancer le portugais de façon plus vigoureuse, nous avons aujourd'hui besoin de votre aide: sans vos dons, nous ne pourrons pas embaucher de nouveaux collaborateurs ni assumer les frais d'expédition du service à des milliers d'abonnés. 
Alors je confie la relance du service en portugais à votre prière, et pour ceux qui le peuvent, à votre générosité. 
Que le Seigneur vous le rende selon le mesure sans mesure de sa misericorde. 
Merci de votre fidélité à Zenit, qui ne vit que par ses lecteurs. 


Anita


Rédactrice en chef des rédactions

 

17:31 Publié dans FATIMA | Lien permanent | Commentaires (0)

13/02/2017

BLAGUES

MERCI AU GÉNÉREUX DONATEUR!

Capture d’écran 2017-02-13 à 16.01.10.png

 

- Astronaute recherche femme lunatique.
- Artificier cherche femme canon.
- Sourd rencontrerait sourde pour trouver terrain d'entente.
- Jeune homme désintéressé épouserait jeune fille laide même fortunée.
- Abeille épouserait frelon. Lune de miel assurée.
- Metteur en scène cherche nain pour rôle dans court métrage.
- On recherche deux hommes de paille (1 grand, 1 petit) pour tirage au sort.
- Cannibale mélomane cherche travail dans opéra-bouffe.
- Offre bonne place de gardien de vaches. Paiement par traites.
- Inventeur produit amaigrissant cherche grossiste.
- Cause fausse alerte, vend cercueil en ébène, jamais servi.
- Chien à vendre : mange n'importe quoi. Adore les enfants.
- A vendre robe de mariée portée une seule fois... par erreur ! 
- Analphabète? Écrivez-nous dès aujourd'hui pour obtenir une brochure gratuite sur nos formations accélérées.
- Homme sans histoires recherche éditeur pour devenir écrivain.
- Souffrant d'insomnies, échangerait matelas de plumes contre sommeil de plomb.
- Échangerait voiture de sport endommagée contre chaise roulante en bon état.
 

16:05 Publié dans DIVERS | Lien permanent | Commentaires (1)

11/02/2017

HUMOUR DE PAPES

 

Top 8 des meilleures blagues des papes
Qui a dit que les Papes étaient pas drôles?

 

Capture d’écran 2017-02-11 à 11.30.22.png


Léon XIII : Le Pape avait rempli les jardins du Vatican d’animaux qu’il avait reçus de son pontificat. Un jour, il se promenait dans les jardins quand une gazelle faillit le renverser. Tout ceux qui accompagnaient le Pape s’alarmèrent mais il déclara calmement : « Depuis quand un Lé(i)on (lion) prend peur d’une gazelle sans défense ? »
Un jour le Pape accordait une entrevue à un jeu homme Espagnol qui, emplit de gratitude lui dit : « Votre grâce, je vous remercie pour cette grande opportunité. Pensez-y ! Quelques jours avant sa mort, Pie IX m’avait également accordé une entrevue. » Et le pape Léon répondit : « Si j’avais su que vous étiez si dangereux pour les papes, j’aurais reporté notre rendez-vous à dans quelques années ! »
Jean XXIII : Le Pape était connu pour faire de bonnes blagues. Il raconta lors d’un discours : « Il arrive souvent que je me réveille au milieu de la nuit en pensant à tout un tas de problèmes graves. Je me dis alors qu’il faut que je parle au Pape de tout ça. Puis je me réveille complètement et je me souviens que le Pape, c’est moi ! ».
Une autre anecdote remonte au moment précédent les élections, lorsqu’il était nonce apostolique en France. L’archevêque Roncalli (le futur pape Jean XXIII) rencontra un jour le grand-rabbin de Paris avec qui il eut une charmante conversation. Lorsqu’il furent prêts à se diriger vers le salon, le rabbin invita courtoisement l’archevêque à s’y rendre le premier. L’archevêque Roncallli répondit : « S’il vous plait, l’Ancien Testament d’abord… ».
Paul VI : Il appela un jour le couvent du Saint-Esprit à Rome. Une soeur répondit en disant : « Bonjour, mère supérieure du Saint-Esprit, j’écoute ». Le Pape répondit : « Désolé, vous allez devoir accepter de parler avec un simple vicaire du Christ ! ».
Jean Paul II : Au cours d’un conclave, un cardinal âgé approcha le Cardinal Wojtyola pour le réprimander : « Votre éminence, j’ai entendu dire que vous skiiez, faites de l’escalade, du vélo et de la natation. Je ne pense pas que cela soit approprié pour un Prince de l’Église. » Le futur Pape lui répondit : « Mais ne savez-vous pas qu’en Pologne, 50% des cardinaux le font aussi ? » (Sa réponse était maligne puisqu’à l’époque il n’y a avait que deux cardinaux en Pologne !)
Pape François : Avec sa touche Argentine, il y aurait plusieurs anecdotes à mentionner à propos de ce pontificat. En voici deux, provenant de ses fameux appels téléphoniques.
Voici d’abord une anecdote de son premier appel en tant que nouveau Pape : « Bonjour. Je suis le pape François et je souhaiterais parler au Père Général”, dit-il au réceptionniste des Jésuites. Et le jeune religieux a répondu : « Ben voyons et moi je suis Napoléon ! ».
Une autre fois, il appela les carmélites de Cordoba pour les saluer, mais il appela au moment de leur prière. Le pape François laissa un message vocal : « Qu’est-ce que ces soeurs peuvent bien faire qui les empêchent de répondre ? ». Voilà ce que ça donne lorsque le Pape téléphone !

Lire aussi : « Allo Roberto ? C’est le Pape… — Il dort, veuillez rappeler demain »

 

 

 

11:43 Publié dans PAPE | Lien permanent | Commentaires (0)

07/02/2017

PARADIS DES OISEAUX

Merci à D.Merlen!

 

18:14 Publié dans NATURE | Lien permanent | Commentaires (1)

05/02/2017

MIRACLE EN 1943

UN MIRACLE EN 1943 PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE

 


Quand je pense que certains navigants roulent des mécaniques dans leurs uniformes bien
propres du départ à l'arrivée !!!
( d'’après la signature, c’est le navigateur de la forteresse qui adresse la lettre à son épouse, et
comme tout le courrier passait par la censure, il s’adresse au censeur au début)
« S’il existait des lois, règles ou filtrage contre le fait d’'envoyer la photo ci-dessous à ma
femme, s'’il vous plait refermez le pli et retournez le moi ; c’est une prise de photo unique et je
détesterais la perdre. »
Merci. Signature

Capture d’écran 2017-02-04 à 18.19.52.png


En 1943 une collision en vol le 1er fevrier 1943, entre un B17 et un Chasseur allemand au-
dessus du port de Tunis est devenue l’objet de l’une des plus célèbres photographies de la
WWII. Un chasseur ennemi attaquant une formation de 97th Bomb Group perdit le control,
Probablement avec un pilote blessé, au court de sa descente mortelle contre la partie arrière du
fuselage de la forteresse volante nommée « All American », pilotée par le Ltt Kendrick R. Bragg
du 414th Bomb Squadron.
Lorsque le chasseur a percuté il s’est disloqué mais a laissé des morceaux dans le B17. La
partie gauche du plan fixe et l’aileron gauche ont été complètement arrachés.
Les 2 moteurs droits étaient HS et l’un de gauche avait une sérieuse fuite à la pompe à huile.
La partie de la dérive fixe et la partie mobile ont été endommagées, le fuselage a été
pratiquement entièrement sectionné seulement tenu par deux petites parties de la cellule,
Les radios et les systèmes électrique et oxygène endommagés. Il y avait aussi un trou sur le
dessus de plus de 4,80 m de long et 1,20 m de large sur la partie la plus large ; la rupture du
fuselage allait jusqu’à la tourelle du mitrailleur du haut.

Capture d’écran 2017-02-04 à 18.20.22.png


Bien que la queue cabossée se balançait dans le vent relatif, elle se tordait lorsque l’avion
tournait et tous les câbles furent sectionnés à l’exception d’un seul pour la profondeur qui
fonctionnait encore, et l’avion continuait miraculeusement à voler !
Le mitrailleur de queue était pris au piège car il n’y avait plus de plancher reliant la queue du
reste de l’avion. Les mitrailleurs du fuselage et de la queue utilisèrent des morceaux du
chasseur allemand et leur propre harnais de parachute afin d’éviter que la queue ne se détache
et que les deux côtés du fuselage ne se séparent.
Pendant que l’équipage essayait que le bombardier ne se déboite, le pilote continuait sur son
run et larguait ses bombes sur l’objectif
Lorsque les trappes de bombardement furent ouvertes, les turbulences furent telles qu’un des
mitrailleurs du fuselage fut soufflé dans la partie abimée de la queue. Cela prit plusieurs
minutes à quatre membres de l’équipage de lui passer des suspentes de parachute et de le
tracter vers l’avant de l’avion. Quand ils essayèrent de faire la même chose pour le mitrailleur
de queue, la queue se mit à battre tellement qu’elle commençait à se détacher. Le poids du
mitrailleur de queue ajoutait de la stabilité à la section arrière, aussi il retourna à sa place. Le
virage retour vers l’Angleterre dût être fait très lentement pour éviter que la queue ne se
détache. Ils parcoururent presque 70 nautiques pour faire le virage retour. Le bombardier était
tellement endommagé qu’il perdait de l’altitude et de la vitesse et se retrouvait bientôt seul dans
le ciel.
Pendant un bref instant deux autres chasseurs allemands Me-109 attaquèrent le « All
American ». En dépit des dommages progressant, tous les mitrailleurs furent capables de
répondre à ces attaques et bientôt éconduisirent les chasseurs. Les deux mitrailleurs de
fuselage se tenaient debout avec la tête dehors au travers du trou dans la partie supérieur du
fuselage pour braquer et tirer avec les mitrailleuses. Le mitrailleur de queue devait tirer de
courtes rafales parce que le recul faisait tourner l’avion.

Capture d’écran 2017-02-04 à 18.20.44.png


Des chasseurs P 51 alliés interceptèrent le « All American » comme il traversait la Manche et
prirent une des photos montrées. Ils prévinrent la base par radio en décrivant que l’appendice
surfait comme la queue d’un poisson et que l’avion ne pourrait pas se rendre à la base et qu’il
fallait envoyer des bateaux pour récupérer l’équipage lorsqu’ils sauteraient.
Les chasseurs restèrent avec la Forteresse, recevant des signaux manuels du le LTT Gragg et
les relayant à la base. Le Ltt Bragg signala que 5 parachutes et le spare avaient été utilisés,
aussi cinq membres d’équipage ne pourraient pas évacuer. Il prit la décision que s’ils ne
pouvaient pas évacuer en toute sécurité, il resterait dans l’avion pour le poser.

Capture d’écran 2017-02-04 à 18.20.57.png


Deux heures et demie après avoir été percuté, l’avion fit son dernier virage face à la piste alors
qu’il était encore à plus de 40 nautiques.
Il descendit pour un atterrissage d’urgence et fit un une décélération normale sur son train
d’atterrissage.
Lorsque l’ambulance s’approcha à côté, elle fut remerciée car aucun membre de l’équipage ne
fut blessé. Il était incroyable que l’avion ait pu continuer à voler dans de telles conditions. La
Forteresse se tient placidement jusqu’à ce que tout l’équipage sort par la porte d’accès et que
le mitrailleur de queue descende d’une échelle, et c’est à cet instant que toute la partie arrière
s’effondra.
Ce vieil oiseau a fait son boulot et a ramené l’ensemble de l’équipage sain et sauf à la maison.

Capture d’écran 2017-02-04 à 18.21.11.png


MERCI DE RETRANSMETTRE A QUELQU’UN D’AUTRE QUI
APPRECIERA CETTE INCROYABLE HISTOIRE.

17:55 Publié dans HISTOIRE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique