logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/01/2018

MESSE AU CHILI

LE PAPE FRANÇOIS SE TROUVE ACTUELLEMENT AU CHILI.

IL  CÉLÉBRÉ UNE MESSE SOLENNELLE, DONT VOICI UN ENREGISTREMENT FOURNI PAR YOUTUBE:

 

17:54 Publié dans PAPE | Lien permanent | Commentaires (0)

08/01/2018

INSTALLATION DE MGR AUPETIT

Le samedi 6 Janvier 2018, a été installé officiellement le nouvel archevêque de Paris, Mgr Michel AUPETIT.

Ci-dessous, enregistrement intégral de la célébration en la Cathédrale N.D. de PARIS (suivre le processus habituel):

 

https://youtu.be/QWhLVeowPBs

ND de Paris.Tours.png

16:53 Publié dans RELIGION | Lien permanent | Commentaires (0)

24/12/2017

NOËL/AMITIÉS

Idées pour garder l’esprit de Noël

VIERGE À L'ENFANT.jpg

 

1/« Des cadeaux solidaires avec des dons pour des ONG »
Sarah Pedoni, 30 ans,Montpellier

« Noël 2016 fut pour moi l’occasiond’une prise de conscience. À
quoi bon me démener pour trouver des cadeaux coûteux et courir
après des objets en rupture de stock pour, au final, voir ces paquets
déballés en deux secondes ?
J’ai alors décidé de vivre la préparation de l’Avent comme un temps différent. Je ne renonce pas à faire des cadeaux à ceux que
j’aime, mais pour leur anniversaire. Cette année, j’ai donc privilégié des cadeaux solidaires poaider à ne pas se recroqueviller
sur son besoin de consommer. À l’intention de mes proches, j’offre
des dons d’environ 20 € à diversesONG : campagne de vaccination en Afrique avec l’Unicef ; achat d’une poule ou d’une chèvre pour des familles pauvres par le biais de l’ONG World Vision ; parrainage de scolarisation avec Enfants du Mékong… Mes proches reçoivent alors une carte de remerciement les informant sur la famille qui, grâce à eux, pourra être aidée.
J’ai fabriqué également des produits cosmétiques avec des huiles essentielles. Pour mes voisins et collègues, j’ai confectionné
une trentaine de sachets avec des friandises faites maison et une
jolie carte de Noël. Lorsque je raconte cela, je passe un peu pour la
hippie de service, mais je sais que mes cadeaux ont du sens. »

2/« Au pied du sapin, des mots doux »
Alice Erard, 42 ans, journaliste, Paris

« L’idée m’a été soufflée l’année dernière par la directrice du collège de ma fille. Avec mon mari,mes trois enfants, mes parents et mes frères et soeurs, nous l’avons appliquée à Noël dernier et cela nous a beaucoup plu. Le principe est le suivant : en plus des
cadeaux que l’on trouve au pied du sapin, chaque membre de la
famille y dépose un “petit mot d’amour” pour chacun des autres
membres. Sur cette carte, on a le droit d’écrire que du positif : “je
t’aime parce que” ou bien “j’ai adoré faire telle chose avec toi”,
par exemple. Chaque mot est personnalisé et ma plus jeune fille
nous a fait des dessins.
Écrire un message qui soit “pur”, uniquement positif, ce n’est pas si simple. Et je parle en connaissance de cause : mon humour repose en grande partie sur la taquinerie !
Mais je crois qu’un état d’espritpositif ne peut être que bénéfique.
Il s’agit de trouver, presque coûte que coûte, des raisons d’être heureux.
Enfin, pour moi, ces messages de tendresse sont de véritables
cadeaux de Noël : on en garde une trace écrite, quand les paroles s’envolent… D’ailleurs, alors que j’ai déjà oublié ce que contenaient mes paquets reçus à Noël dernier, je me souviens de
tous mes mots doux. »


3/« Accueillir une personne seule à la table familiale »

Solange Pelan, 61 ans, infirmière, La Celle-Saint-Cloud (Yvelines)

« Enfant, j’habitais dans la campagne limousine : avec mes frères
et soeurs, nous partions, un peu avant Noël, distribuer des petits
cadeaux dans les fermes des alentours.
Aujourd’hui, j’essaie, à rebours de la société de consommation, de recentrer cette fête sur le partage et sur l’accueil. Depuis quelques
années, nous essayons de nous rapprocher, quand l’occasion se
présente, d’une personne seule à Noël : une cousine un peu isolée,
une personne de la paroisse, séparée de sa femme, qui nous demande en toute humilité si elle peut s’inviter chez nous…
L’an dernier, mes enfants ont naturellement proposé à une jeune
femme d’origine africaine – et dont toute la famille, y compris
son fils, était restée là-bas –, de se joindre à nous pour le repas du
25 décembre. Fraîchement arrivée dans notre ville, elle ne connaissait pas grand monde, et cela a été une joie, très simple, de partager ce que nous avions avec elle. Nous avons pu rester un peu en relation les mois suivants, et la mettre en lien avec une famille pour l’aider ensuite à trouver un travail de garde d’enfants. Particulièrement pour Noël, nous ne devons pas rester des chrétiens de l’entre-soi! Accueillir pour cette fête une personne seule à sa table, c’est en quelque sorte remettre à l’honneur la vieille tradition de garder “une place pour le pauvre ou l’étranger”,
en recevant avec simplicité.
(La Croix)

17:59 Publié dans RELIGION | Lien permanent | Commentaires (0)

19/12/2017

HOMÉLIE PAPALE SUR ST JOSEPH


S. Joseph et le mystère «de la re-Création»


Homélie du pape François


Messe à Sainte-Marthe, 18/12/2017 © L'Osservatore Romano

Capture d’écran 2017-12-19 à 16.47.09.png


Saint Joseph est l’homme qui « prend en main » le mystère, a expliqué le pape François, le mystère de « reconduire le peuple à Dieu», le mystère « de la re-Création », qui, comme le dit la liturgie, est « plus merveilleuse que la Création ».
Le pape François a appelé à s’inspirer de Joseph qui savait « comment cheminer dans l’obscurité » et « comment on avance en silence » au cours de son homélie prononcée en la chapelle de la Maison Sainte-Marthe, au Vatican, ce lundi matin 18 décembre 2017, indique Radio Vatican en italien.
Joseph, rappelle le pape en commentant l’Évangile de Matthieu, « s’est chargé » aussi « d’une paternité qui n’était pas la sienne : elle est venue du Père ». Il a pris donc en charge « deux choses : la paternité et le mystère ».
« Joseph, explique le pape François, prend en main ce mystère et aide : par son silence, par son travail jusqu’au moment où Dieu le rappelle à lui. »
« De cet homme, poursuit-il, qui a pris en charge la paternité et le mystère, on dit qu’il était l’ombre du Père : l’ombre de Dieu le Père. Et si Jésus homme a appris à dire « papa », « père », à son Père qu’il connaissait comme Dieu, il l’a appris de la vie, du témoignage de Joseph : l’homme qui garde, l’homme qui fait grandir, l’homme qui porte en avant toute paternité et tout mystère, mais ne prend rien pour lui-même ».
Joseph, poursuit le pape, « a porté en avant la paternité avec ce que cela signifie : non seulement soutenir Marie et l’enfant, mais aussi faire grandir l’enfant, lui enseigner le métier, le porter à la maturité d’homme ». « Et ceci, sans dire un mot, note le pape. Dans l’Évangile il n’y a aucune parole dite par Joseph. L’homme du silence, de l’obéissance silencieuse. »
Pourtant, rappelle le pape, ce n’était pas facile pour Joseph d’accepter la maternité de Marie. Il a éprouvé de la « douleur », de la « souffrance ». Mais quand « intervient le Seigneur », avec un ange qui lui a expliqué dans un songe que l’enfant « engendré en elle » était venu « de l’Esprit Saint », Joseph a « cru et il a obéi ».
« Joseph menait une lutte intérieure », explique le pape, « dans ce combat » il a entendu « la voix de Dieu : « Mais lève-toi ! » « Ce « lève-toi », poursuit le pape, a été prononcé « tant de fois, au début d’une mission, dans la Bible » : « Lève-toi ! Prends Marie, amène-la chez toi. Prends la situation en charge : prends cette situation en main et va de l’avant. »
« Joseph n’est pas allé chez ses amis pour se réconforter, précise le pape, il n’est pas allé voir le psychiatre pour interpréter le songe … non : il a cru. Il est allé de l’avant. Il a pris la situation en mains. »
Voilà, conclut le pape François, « le grand Joseph », dont Dieu avait besoin pour porter en avant « le mystère de reconduire le peuple vers la nouvelle Création ».
(Zenit)

16:57 Publié dans PAPE | Lien permanent | Commentaires (0)

28/11/2017

PREMIERS PAS DU PAPE EN BIRMANIE


Myanmar: arrivée du pape François
Premier pape sur le sol birman

Arrivée du pape à Yangon, Myanmar © L'Osservatore Romano

Capture d’écran 2017-11-28 à 17.01.00.png


Le pape François est arrivé à Yangon (Rangoun), au Myanmar (Birmanie) aux environs de 13h20 heure locale (7h50 à Rome), ce 27 novembre 2017, pour son 21e voyage international.
Son avion, un A 330 de la compagnie Alitalia, était parti de l’aéroport romain Leonardo da Vinci la veille au soir un peu après 22h. Durant le vol qui a duré une dizaine d’heures, le pape a salué les journalistes voyageant avec lui, les remerciant pour leur travail « qui sème beaucoup de bien ».
« Je vous souhaite un bon séjour. On dit qu’il fait trop chaud, je suis désolé, mais qu’au moins ce soit fructueux », a-t-il souhaité avant de saluer un à un les représentants des médias.
A son arrivée sous un ciel mitigé et sous une température d’une trentaine de degrés Celsius, le pape a été accueilli par un ministre délégué du président de la République, Htin Kyaw, par les évêques birmans et par une centaine d’enfants en costumes traditionnels.
Après l’accueil sobre, le pape a rejoint l’archevêché de Yangon, où l’attendait « une foule festive », d’après Radio Vatican. Il devait y célébrer la messe en privé.
Aucun rendez-vous officiel n’était prévu pour cette première journée. Demain, 28 novembre, aura lieu la rencontre avec les autorités birmanes, la société civile et le Corps diplomatique, à Naypyidaw, capitale du pays. Le pape s’entretiendra en privé avec le président Htin Kyaw, ainsi qu’avec la conseillère d’État et ministre des Affaires étrangères, Aung San Suu Kyi.
Le pape restera en Birmanie jusqu’au 30 novembre. Il partira ensuite pour le Bangladesh et rentrera à Rome samedi prochain, 2 décembre. Il s’agit de son troisième voyage en Extrême-Orient, après le Sri Lanka et les Philippines (janvier 2015) et le la Corée (août 2014).
-
Myanmar : la suite papale à la pagode de Shwedagon
Le plus grand Centre bouddhiste birman

Pagode de Shwedagon © Twitter @antoniospadaro

Capture d’écran 2017-11-28 à 17.05.14.png


La suite papale s’est rendue à la pagode de Shwedagon, le plus prestigieux centre spirituel bouddhiste birman, au premier jour du voyage apostolique au Myanmar, le 27 novembre 2018.
Quelques heures après l’atterrissage de l’avion du pape François dans le pays, le jésuite Antonio Spadaro a posté sur Twitter des photos de cette visite accomplie notamment par le cardinal secrétaire d’Etat Pietro Parolin et par le cardinal Fernando Filoni, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples.
Durant cet événement qui a eu lieu aux alentours de 19h heure locale (13h30 à Rome), d’après une courte vidéo postée par Radio Vatican, le cardinal Filoni a notamment été invité à faire résonner un gong.
Le complexe monumental, constitué de nombreux temples et d’une pagode centrale recouverte d’or et de diamants, dont l’histoire remonte à 2.500 ans, est situé à Yangon, ancienne capitale du pays. Il abrite des reliques de bouddha ainsi qu’une multitude d’ornements précieux et de statues.
Durant ce voyage au Myanmar, le pape doit rencontrer le Conseil suprême “Sangha” des moines bouddhistes au Kaba Aye Centre.

(ZENIT)

 

17:20 Publié dans PAPE | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique